Logo des jeunes socialistes

Jeunes Socialistes Paris

Militantisme, Formation, Convivialité

Retour sur les RDV de la Gauche d’après

Par Luka De Silva

La première université d’été du PS à Blois n’a rien eu à envier aux précédentes éditions de La Rochelle malgré le manque de plage et de beau temps, la. Le temps d’un week-end, 2 500 militant.e.s se sont retrouvés et ont échangés pour construire la gauche d’après.

L’équilibre entre moments de convivialité et ateliers de travail a permis aux socialistes de confronter leurs expériences et d’enrichir leurs réflexions dans un cadre idyllique : la majorité des événements se déroulaient dans les Halles classées du Boulingrin, et la soirée d’ouverture du week-end dans le château de Blois.

Les nombreux  ateliers, débats et tables rondes étaient animés par des intervenant.e.s de qualité. Les sujets d’actualité ont bien sûr été évoqués : la place accordée aux Gilets jaunes dans le projet de relance économique a été décryptée par économistes et élu.e.s, les résultats des élections municipales analysés par des politologues et des élu.e.s et les déboulonnages récents de statues commentés par historiens et militant.e.s. Cela n’a pas empêché d’aborder des sujets de fonds, en s’appuyant, systématiquement, de l’expertise de personnalités qualifiés de toute la gauche : Aurore Lalucq et Raphaël Glucksmann ont, dans une table-ronde remarquable, partagés leur analyse sur la situation économique actuelle ; Julien Bayou et Clémentine Autain ont fait, aux côtés de Christophe Clergeau, le procès du productivisme, puis Pierre Larrouturou et Sylvie Guillaume ont réfléchi au projet européen de la gauche d’après. En trois jours, plus de soixante-dix animations et deux cents intervenant.e.s ont offerts aux militant.e.s une formation exhaustive aux grands enjeux de la refondation de la gauche.

Parallèlement à ces animations, des moments de convivialité ont ponctué ce week-end studieux. Après avoir félicité les nouveaux maires socialistes dans un cadre somptueux le vendredi soir, les camarades d’Ile-de-France se sont réunis lors d’un apéritif le samedi matin, qui préfigure le travail commun des militant.e.s francilien.e.s dans la perspective de l’élection régionale de mars prochain. Le soir, chaque section a préparé sa rentrée autour d’un repas, et échanger sur le moment fort du week-end, le traditionnel discours de clôture du Premier secrétaire Olivier Faure, présentant les orientations à venir du Parti.

La dernière matinée du week-end, dans une ambiance détendue, a permis aux militant.e.s d’échanger avec Olivier Faure, qui a consacré plusieurs heures à cet échange informel et nécessaire.

En somme, cette université d’été « nouvelle formule » a préfiguré la gauche d’après. Le Parti socialiste s’y est montré rassembleur :  de nombreux partenaires de gauche et écologistes  sont venus échanger avec nos militant.e.s, nos élu.e.s et nos dirigeant.e.s.Dans le sillage des victoires aux municipales, cette université a illustré le dynamisme du socialisme : la forte implication de la jeunesse (25% des participant.e.s ont moins de 30 ans) comme la présence de nombreux nouveaux élu.e.s l’ont démontré.  Enfin, si certain.e.s en doutaient encore, l’université d’été a prouvé que le Parti socialiste est force de proposition : les intervenant.e.s, comme les militant.e.s, ont fait preuve d’inventivité pour construire, tout au long des ateliers, une alternative sociale et écologique crédible.